Championnats de France juniors

Billets pour l’Espagne

Après des championnats d’Europe décevants en février, les leaders français devaient remettre le couvert lors du championnat national les 20 et 21 avril derniers. À la clé, une sélection pour les championnats du monde juniors, en novembre, en Espagne.

Olivier Remy. Photos : Denis Boulanger.

Sophia Bouderbane

Sophia Bouderbane s’offre un dernier titre junior avant de passer en espoirs.

Quatre féminines solides avec Sophia Bouderbane, Sandy Serfati, Shana Amengle et Manon Leroy et finalement, une très grande stabilité également des leaders masculins : ces « France » juniors 2013 auront été sans grande surprise au bilan final. Pas de quoi mettre Saint-Quentin en émoi… Non, mais un peu quand même. Après une campagne européenne bien terne en Turquie en juniors –et même si ce fut une première expérience pour beaucoup- mais aussi le zéro pointé des espoirs en février dernier, chacun(e) était en effet mis devant ses responsabilités et ces championnats sonnaient comme la première régate d’une longue course jusqu’à l’échéance des championnats du monde de Guadalajara (Espagne) de l’automne. « Nous avons fait le choix d’une sélection chez les juniors, comme chez les cadets d’ailleurs, dès ce début juin afin de travailler sereinement avec eux. Ces jeunes compétiteurs sont encore dans une démarche d’éducation et de formation plutôt que dans un projet sur le moyen ou le long terme comme c’est le cas en espoirs et en seniors, expliquait ainsi Louis Lacoste, directeur des équipes de France qui veille à la mise en place du projet global du karaté national. À cet âge en effet, il n’est pas facile de se construire dans la concurrence et la valeur qui prime est celle de la forme du moment. Ceux qui ont été champions de France ont donc toutes les chances de disputer les championnats du monde juniors, sauf pour ceux qui auront atteint la limite d’âge ». Sophie Bouderbane, triple médaillée européenne, fait partie de ceux-là. La mauvaise campagne turque aura eu pour effet d’attribuer un traitement « de faveur » jusqu’en novembre aux prétendants de cette catégorie d’âge. Une mise en concurrence systématique est en effet annoncée, les espoirs étant volontairement séparé des cadets et des juniors lors de chacun des trois stages estivaux avec la volonté clairement affichée de réveiller tout ce petit monde. De quoi trouver l’écho attendu à la dynamique des seniors chez une équipe de France que l’on sait à fort potentiel.