AMV : championnats de France combat unifiés

Marqués d’une pierre banche

Unifier au sein d’un même championnat les AMVT et le Vovinam pour le combat : l’idée a longtemps mûri pour devenir effective à la mi-mars à l’occasion des premiers championnats de France combat unifiés. Pour une belle réussite.

Textes : Antoine Védeilhé. photos : Cédric Lambert / photo N ’CO

David Tintillier

Le virevoltant David Tintillier, toujours présent pour les grands rendez-vous.

« Nous sommes arrivés à un consensus avec les différents styles des arts martiaux vietnamiens pour faire évoluer les choses vers la création d’un unique championn at de France regroupant tous les styles ». Ces mots étaient sortis de la bouche du Directeur Technique National de l’époque, Dominique Charré, au mois de mars 2012. Un an plus tard, ce qui n’était qu’un projet est désormais d’actualité. Le 17 mars dernier était donc un jour de première à la Halle Carpentier de Paris. Et pour cause : après les regrets d’un championnat de France de Vovinam l’an passé où, en raison du trop faible nombre d’inscrits, tous les titres de champion de France n’avaient pu être décernés, les adeptes du Vovinam s’étaient cette fois ci alliés, et pour la première fois, aux combattants des arts martiaux vietnamiens traditionnels. Et quelle réussite ! Près de trois cents compétiteurs étaient présents – 220 en traditionnels, 70 en Vovinam – pour ces premiers championnats de France unifiés. Cinq aires de combats, une journée longue de quelques sept heures de duels et, à la fin, un bilan qualitatif plus que satisfaisant pour Bruno Orban, l’organisateur de ces premiers « France inter-styles » : « On a eu ce que l’on attendait. Le Vovinam, qui a une expérience différente des AMVT car il bénéficie d’un circuit international, avec un règlement bien structuré, a apporté une bonne assise pour ce premier championnat de France unifié. Désormais, on espère que la spirale sera positive pour les AMVT ». En vue des championnats du monde qui seront organisés en France du 5 au 7 juillet prochains, les instances du Vovinam avaient conditionné la sélection pour ces futurs championnats à une présence et des résultats aux « France ». Conséquence : les meilleurs athlètes du Vovinam étaient présents et se sont distingués.

David Niasse

Parmi les oppositions de style du week-end, David Niasse (Limoges) a montré une grande détermination.

David Niasse, champion d’Europe 2010 ou encore Josué Ambrosio ancien champion du monde sont notamment sortis vainqueurs respectivement en -60 kg et -84 kg. De quoi ravir les deux tendances AMV : « Les têtes d’affiche ont fait le job, et c’est tant mieux. Ils ont parfois été mis en difficulté mais cela est sûrement du au fait qu’ils aient tiré sur le frein pour se discipliner et ne pas travailler au KO. Nous saluons leur capacité à s’adapter au règlement ». Le règlement justement, était le suivant : les règles des AMVT priment. Exit donc les coups de poings retournés et les KO à la tête du Vovinam, interdits chez les AMVT. La décision a notamment permis aux meilleurs combattants du Vovinam de ne pas écraser les tableaux. La satisfaction de ces premiers championnats de France Vovinam-AMVT réside aussi dans le fait que toutes les catégories étaient pour une fois bien remplies, ce qui a permis aux organisateurs de décerner toutes les médailles comme l’explique-t-on encore à la FFKDA : « Il faut être huit par catégories pour pouvoir décerner un titre officiel de champion de France. Les années précédentes, nous avions du mal à remplir les tableaux. Cette année, nous avions des catégories à 32 combattants. Là, le résultat est vraiment significatif ». Et, l’organisateur n’a aucun mal à justifier un tel engouement pour la nouvelle formule de ce championnat combat : « Avant, les affiches étaient toujours les mêmes. On pouvait presque aisément parier sur les futurs podiums. Mais désormais, des gens nouveaux viennent combattre contre des adversaires qu’ils ne connaissent pas. Ça crée une belle émulation, à nous de la poursuivre dans les prochaines années ». Le seul écueil d’un tel mélange des genres, finalement, est de voir certains reculer devant une éventuelle participation de peur de ne pas être au niveau des adeptes du plein contact. Mais, les résultats ont démontré que les combattants du Vovinam ne régnaient pas unilatéralement sur la compétition. Au palmarès chez les dames, c’est le club de Vigneux Vovinam (Essonne) qui domine le classement des médailles avec un titre et une médaille d’argent devant le club des Hauts-de-Seine, Antony Mon Phai Tu Van (une argent, une bronze). À noter qu’en seniors, Vovinam et AMVT se sont partagés les médailles avec deux titres pour chaque style. Chez les hommes, Angers Nam Club se classe premier chez les séniors avec un titre et deux médailles d’argent devant le Roissy Vovinam de l’incontournable Josué Ambrosio (1 titre, une médaille d’argent). La journée du samedi était quant à elle destinée à la technique et a drainé quelque 150 participants, la hiérarchie établie les années précédentes ayant été respectée. Après cette belle réussite pour les AMVT et le Vovinam, le prochain rendez-vous d’envergure sera les championnats du monde à Paris.