Kara’été 2012

L’Ile-de-France fait sa tournée d’été

Douze dates, six bases de loisirs pour cette première édition du kara’été, les karatégis ont aussi fait le tour de la région parisienne cet été. Entre deux baignades, petits et grands ont pu s’initier au kumite et au kata. Un bilan prometteur. JULIEN BOUËT ET OLIVIER REMY / PHOTOS : MAXIME RANNOU/FFKDA

Initiation au karaté

Initiation au karaté

Pour ceux qui n’étaient pas sur le littoral cet été, il y avait aussi du karaté ! Du 16 juillet au 21 août, la Fédération Française de karaté et disciplines associées, soutenue Par la région Île-de-France,est allée à la rencontre du grand public francilien pour promouvoir la discipline et par là-même les championnats du monde de Bercy. Sous un soleil de plomb à Bois le Roi (77), Saint-Quentin en Yvelines (78), Port aux Cerises-Draveil (91), Val de Seine (78), Vaires-Torcy (77) et Jablines-Annet (77), la « caravane kara’été » a fait, pour la première fois, le tour de l’Île-de-France en un mois et demi. Avec un arrêt de deux jours à chaque étape, les plagistes franciliens ont pu allier karaté, baignade et bronzette. Débutants ou confirmés, enfants ou adultes, il y avait de la place pour tout le monde sur les espaces aménagés avec une structure gonflable de 10m sur 10, un stand documentation et un espace détente, la FFKDA a tout mis en œuvre pour attirer l’œil des plus curieux. De 10h à 17h, le grand public, encadré par des animateurs, des professeurs de karaté et quelques grands champions tels que Clotilde Boulanger, championne d’Europe de katas par équipe en 2012 ou Franck Chantalou, champion du monde par équipes en 2004, a pu s’initier gratuitement au karaté. Maxime Rannou, chargé de communication à la Fédération Française de Karaté qui a suivi l’ensemble du projet faisait le bilan : « Cette action est parfaitement complémentaire à “Karaté plage”. Le public francilien a été très réceptif à notre campagne d’animation. Nous souhaitions avant tout prouver que le karaté s’adressait à tous. Aller à la rencontre des gens sur les bases de loisirs était la meilleure façon de sensibiliser le public dans une atmosphère estivale où les gens sont détendus. Beaucoup de jeunes, après avoir testé le karaté sur la structure gonflable, sont repartis avec une autre image de notre discipline. » Au total plus de 1100 personnes se sont initiées sous le regard de plusieurs autres centaines de curieux. Une belle promo pour le karaté à quelques semaines de Bercy.

Caroline Duval Chargée Coordination et événementiel de la base de loisirs de bois-le-roi «Donner vie à la base»

«Accueillir le karaté sur notre base de loisirs a été une très bonne chose. Nous avions déjà travaillé avec la FFKDA en 2011 et c’est vraiment un partenariat productif. L’entrée de la base du groupe UCPA à Bois-le-Roi, la seule de la région Île-de-France, est gratuite, ce qui a permis une accessibilité totale à l’activité. Notre expérience nous avait aussi conduit à réfléchir à son implantation, qui doit être stratégique, entre la plage et la cafétéria. Les organisateurs ont ainsi pu profiter des allées et venues des visiteurs pour faire leurs animations et démonstrations. Ce que cela nous apporte? De la vie! Recevoir des associations ou des comités qui proposent des animations estivales, c’est toujours un plus. Nous avions d’ailleurs communiqué sur l’événement et collé de grandes affiches pour annoncer la présence du kara’été. Certains sont venus pour le karaté, d’autres s’y sont initiés par hasard… On a également accueilli de nombreux jeunes et centres de loisirs, venus spécialement pour l’occasion. En plus, il faisait beau donc c’était vraiment sympa. Une expérience à renouveler, c’est sûr.»

Philippe Boulet président de la ligue Île-de-France « Beaucoup de potentiel »

« Ce nouveau dispositif, qui répondait à une demande du Conseil Régional d’Île-de-France, a été mis en place en fin de saison dernière, donc assez tardivement. Du coup, malgré les différentes circulaires envoyées et les informations sur le site de la ligue, nous n’avons pas fédéré autant de clubs ni de dirigeants des différentes ligues qu’on aurait souhaité. Mais plus de mille personnes sur les tatamis, c’est déjà un signe d’un bel engouement ! Il n’y a pas de doute : cela doit nous pous- ser à rééditer l’expérience et même à enrichir l’offre de pratique sur ces journées de découverte en l’ouvrant aux arts martiaux vietnamiens, au krav maga, pourquoi pas au body karaté, au yoseikan budo, aux arts martiaux du Sud est asiatique… En faisant adhérer les clubs lo- caux, voisins de ces différentes bases, ils auront tout à y gagner en créant des passerelles directes vers leurs dojos. Le Conseil Régional a déjà indiqué qu’il souhai- tait renouveler l’expérience. C’est un nouvel outil de promotion mais qui laisse déjà entrevoir beaucoup de potentiel. On pourrait d’ailleurs imaginer qu’il s’étende un peu partout en France quand le modèle aura gagné en expérience. »