Championnats de France des ligues

Une formule qui s’étoffe

Un format de compétition revu, une compétition qui permet de défendre des couleurs régionales… Le karaté veille à l’originalité de la compétition, même si tout n’est pas encore parfait. E. CHARLOT / PHOTOS : FFKDA

La ligue d’Alsace (en haut) s’impose en kata féminin seniors, tandis que le Val d’Oise fait le doublé en combat (en bas, l’équipe masculine).

Nous étions le premier avril, mais cela n’avait rien d’un poisson du même nom pour les nombreux participants venus défendre la valeur de leur ligue à l’Institut du Judo, porte de Chatillon à Paris ce jour-là. Les choses sérieuses commençaient pour les meilleurs techniciens et les meilleurs combattants des ligues de France, réunis pour leur traditionnelle confrontation. L’occasion de se retrouver entre habituels adversaires régionaux pour, cette fois, lutter ensemble pour les « couleurs » du chez soi. Et ils étaient nombreux à le faire, car cette année, le championnat de France des ligues expérimentait une nouvelle formule, plus étoffée. Depuis le début des années 2000 où ce championnat n’opposait que des équipes masculines seniors, la tendance a été l’augmentation du nombre des participants concernés. Féminines, juniors, kata et combat… Cette fois, la possibilité était offerte aux ligues de présenter jusqu’à huit équipes, quatre en kumite et quatre en kata, seniors masculins et féminins, cadets-juniors, masculins et féminins. Si le message était passé… il n’avait pas forcément été reçu : Le début de la journée fut consacré à régler les problèmes occasionnés par le fait que les combattants des équipes n’étaient pas tous au poids requis par la règle. La tolérance de l’encadrement permit finalement à tout le monde de s’exprimer. Battue en finale l’année dernière alors qu’elle tenait le titre en kata masculin seniors depuis deux ans, l’Essonne a repris le titre et place aussi ses jeunes en finale face à l’Aquitaine, qui gagne. Mais elle l’abandonne chez les seniors féminines, où l’Alsace, en forme, domine le Val d’Oise. Toutes les régions de France performent en technique, puisque chez les jeunes filles, le Languedoc- Roussillon dominait la Côte d’Azur. Le Val d’Oise ramenait une deuxième médaille de bronze en cadets-juniors chez les féminines. En combat, le Val d’Oise prenait ses distances en emportant les deux compétitions seniors, devant la Provence chez les garçons, et les Pays de Loire chez les filles. Deux équipes venues en force puisque, chez les plus jeunes, la Provence gagnait cette fois chez les féminines, devant la Seine-et-Marne, tandis que les Pays de Loire l’emportaient chez les garçons, devant Languedoc-Roussillon.


Réaction

Alcino Alves-Pires, Président de la ligue de Normandie
« Une compétition précieuse »

« En tant que président de ligue, je tiens beaucoup à cette compétition qui est précieuse pour permettre à nos pratiquants de se retrouver et de faire groupe. C’est pourquoi, à titre personnel, je regrette un peu la trop grande dispersion, liée à la multiplication des équipes. Quand l’une est sur un tapis en train de combattre, l’autre se prépare ailleurs… Nous avions proposé cette formule pour permettre à toutes les ligues de participer, et finalement le nombre de ligues n’a pas tellement évolué. Nous aurons à réfléchir ensemble pour voir si c’est bien celle qui convient ».