Championnats de France Vo Tu Do

Une première qui en appelle d’autres

Suite au succès de la coupe de France l’an passé, les AMV organisaient le 14 janvier dernier la première édition des championnats de France de Vo Tu Do.

Aux championnats de France de Vo Tu Do qui se sont déroulés au gymnase de la Plaine à Pa ris le 14 janvier dernier, les non-initiés n’avaient pas leur place. Edward Tabet, responsable de l’arbitrage s’en explique : « Dans cette compétition, le K.O. est autorisé. Les gens qui viennent sont donc habitués à donner et à recevoir des coups, il n’y a pas de place pour l’amateurisme ». Et pour preuve, ils n’étaient qu’une centaine de combattants – dont 10% de femmes, issus d’une quarantaine de clubs venus de Bretagne, de Provence ou encore de Bourgogne, à s’affronter dans du combat libre vietnamien où les différents styles d’arts martiaux traditionnels étaient représentés. En menant des combats contre des pratiquants d’un autre style, les participants expriment alors toute la diversité de leur spécialité par rapport aux autres disciplines. Ainsi, coups de pied, coups de coude, coups de poing et coups de genou sont autorisés, de même que les projections et les balayages. Et, preuve s’il en est que les combattants sont préparés à encaisser les coups, aucun blessé sérieux n’a été à déplorer. Olivier Massoutier, organisateur de l’évènement assure que les résultats entre les différents styles restent très homogènes et qu’aucune école ne se distingue particulièrement : « Sur ce genre de compétition, tous les combattants présents aiment le contact. Par conséquent, n’importe quel style peut triompher d’un autre. »

Rendez-vous à Coubertin
80% des inscrits étaient déjà présents il y a quelques semaines sur ces mêmes tapis parisien à l’occasion de l’Open Ile-de-France. D’où quelques traces de fatigue chez certains organismes comme l’explique Olivier Massoutier : « La compétition s’est déroulée après les fêtes, certains n’étaient pas assez bien préparés physiquement. En revanche, si l’on fait abstraction des absents, les vainqueurs de l’Open Ile-de-France ont en majeure partie récidivé. Mais on peut se féliciter du bilan global avec ces deux compétitions rapprochées. Comme les combattants se connaissent, ils doivent revoir leur approche du combat, évoluer dans leur travail technique. Cela donne des affrontements vraiment intéressants ». Edward Tabet, lui, fait l’éloge d’un championnat de France où la contestation des décisions arbitrales n’a pas vraiment sa place : « Pour nous, l’arbitrage est simple puisque à part les coups de coude et les coups de genou au visage, tout est autorisé. Nous avons juste à rester vigilant sur la santé et l’intégrité physique des pratiquants ». Le Vo Tu Do est donc une formule qui fonctionne et qui ravit pratiquants et observateurs. La prochaine édition est donc déjà dans toutes les têtes. Mais, avant, les amateurs de combat libre en découdront à nouveau lors du second Open Contact Inter-disciplines. Rendez-vous au stade de Coubertin les 31 mars et 1er avril prochains. ANTOINE VEDEILHÉ, Photo : NICOLAS GANGNEUX