Les championts d’Europe cadets-juniors-espoirs

Les médaillés 2012

OR
Francine Richonnier (combat / cadettes -47kg)
Steven Da Costa (combat / cadets -57kg)
Rayan Baroudi (combat / cadets -70kg)
Sophia Bouderbane (combat / juniors -48kg)
Shana Amengle (combat / juniors -53kg)
Enzo Montarello (kata juniors)

ARGENT
Alexandra Feracci (kata espoirs)
Logan Da Costa (combat / espoirs -68kg)
Sandy Serfati (combat / cadettes -54kg)
Lamya Matoub (combat / espoirs -60kg)

BRONZE
Aziz Rghioui (combat / junior -55kg)
Kevin Aouf (combat / cadets -63kg)
Nancy Garcia (combat / cadettes +54kg)
Mehdi Lakehal (combat / espoirs +78kg)


Ils ont dit…

Sophia Bouderbane Junior -48 kg
« Une confirmation »
Deuxième chez les cadettes l’an passé à Novi Sad, Sophia Bouderbane remporte cette fois l’or au terme d’un championnat bien maîtrisé. « Je suis entrée d’un bon pied dans ma compétition avec une technique de jambe dès le premier combat que j’ai remporté facilement. Ensuite, je gagne aux drapeaux contre la Turque double championne du monde et d’Europe. Cette victoire m’a vraiment motivée pour la suite, d’autant qu’en demi-finale, j’ai du affronter une Azérie qui avait toute la salle derrière elle. C’était “chaud” mais j’ai bien géré mon combat même si j’ai eu peur jusqu’à la dernière seconde. En finale, j’étais confiante au moment de la décision car c’est moi qui avais fait le combat et j’ai mis deux balayages qui n’avaient pas été comptabilisés. Cette médaille, c’est la confirmation de ma deuxième place aux Europe l’an passé et la preuve que mon élimination au 1er tour en Malaisie n’était qu’un accident. »


Enzo Montarello Junior kata
« J’ai pris des risques »
Première participation aux championnats d’Europe et premier titre pour Enzo Montarello qui ouvre son compteur médaille individuelle après le bronze par équipes en Malaisie.
« Je me souviendrai que j’ai remporté mon premier combat de mes premiers championnats d’Europe sans avoir à faire mon kata! Mais ce forfait dès le premier tour ne m’a pas permis d’avoir de tour de chauffe et m’a un peu “plombé”. En demi-finale contre le Russe je ne pensais pas gagner, je l’ai senti supérieur et finalement, c’est passé d’un drapeau. En finale, contre le Turc double champion d’Europe, j’ai tout donné, pris énormément de risques au point de commettre un petit déséquilibre. Mais, mon audace a payé. J’ai pu savourer ma médaille avec mes parents et ma soeur qui étaient présents. C’est mon 1er titre en individuel mais la médaille de bronze en Malaisie était aussi belle parce que je l’ai partagée avec mes partenaires. »


Francine Richonnier Cadette -47kg
« Les efforts paient »
Premier titre européen pour Francine Richonnier qui avait à coeur d’effacer la désillusion vécue en Malaisie.
« Je suis arrivée relativement détendue sur ces championnats même si, au fond de moi, j’avais le stress de revivre le scénario de la Malaisie où j’ai été éliminée dès le 1er tour. J’avais vraiment à coeur d’effacer ce qui a été une énorme déception pour moi et je suis donc restée toujours lucide, très concentrée. D’ailleurs, je n’ai pas pris une seule touche alors que Ludovic Cacheux me demandait de ne pas uniquement défendre. Ce titre, c’est beaucoup de joie, mais aussi une immense fierté car j’ai la preuve que mes efforts paient. »


Shana Amengle Junior -53 kg
« Je ne réalise toujours pas »
Après l’argent européen et le bronze mondial, Shana Amengle ajoute l’or continental à son palmarès pour sa première participation chez les juniors.
« C’est une belle victoire. Championne d’Europe, je ne réalise toujours pas ! Heureusement que mon père était présent à mes côtés pour me faire prendre conscience du résultat ! En finale, j’étais menée, je ne voulais pas perdre une nouvelle finale alors j’ai vraiment tout donné et j’ai réussi à revenir à la dernière seconde. C’était inespéré ! Et puis les arbitres me donnent la victoire à l’unanimité. C’était vraiment un moment fort pour moi. Finalement, le moment le plus dur aura été la demi-finale. L’an passé, que ce soit aux Europe ou aux monde en Malaisie, je perds à chaque fois contre une Bosniaque alors j’avais peur que l’histoire se répète. »


Rayan Baroudi Cadet -70kg
« Ça restera gravé »
Entrée réussie en équipe de France pour Rayan Baroudi qui remporte le titre haut la main pour sa première compétition internationale.
« Forcément, je suis très content. Le titre pour ma première compétition, je ne suis pas prêt de l’oublier… tout comme mon premier tour ! Je suis mené 3-1 à huit secondes de la fin. Je voulais tellement bien faire que j’en étais paralysé, je bafouillais mon karaté. Jamais je n’avais été aussi stressé. Puis j’arrive à passer devant sur ura-mawashi et ça a vraiment lancé ma compétition. Alex Biamonti m’a dit que pour la suite, il fallait que j’insiste sur mon point fort, les techniques de jambes, et ça a payé puisque j’ai remporté tous mes combats sans prendre de points. Sur le podium, j’avais des centaines d’images qui défilaient dans ma tête : mon coach, ma famille qui n’avait pas pu venir, mes amis… Ça restera gravé. »


Steven Da Costa Cadet -57kg
« J’ai faim de titres »
Troisième en Malaisie, Steven Da Costa a décroché l’or en Azerbaïdjan. Le seul métal qui manquait au « clan Da Costa ».
« Bizarrement, j’étais beaucoup plus stressé qu’aux championnats du monde. Je n’avais pas cet excès d’enthousiasme qui me fait parfois sortir de mes combats. J’ai eu deux premiers tours assez faciles puis un troisième plus délicat contre un Bosniaque difficile à manoeuvrer et je suis passé aux drapeaux. En demifinale et en finale, j’ai été mené à chaque fois mais je n’ai pas paniqué. C’est super de remporter un titre même si je suis déçu pour mon frère Logan qui fait encore deuxième. J’aurais aimé qu’il ait l’or lui aussi. Maintenant, je ne vais pas m’arrêter là. Ce n’est pas parce que je suis champion d’Europe que je n’ai plus faim de victoires! »