N°44/ OCTOBRE 2011

CONSULTEZ LE NUMÉRO PRÉCÉDENT

Stages nationaux des experts

Apprendre, toujours…

Experts à Montpellier et Paris

Progesser, toujours…

Jeunes : Bugeat et l'Alpe d'Huez

Corrèze : terre de combat
L'Alpe d'Huez : avant les sommets

Tournée des plages

Le karaté en tournée

Championnats méditerranéens

Répétition générale !

Open du Luxembourg

Ultime test !

Open d'Istanbul

Quatre à quatre !

DVD « préparation aux examens de grades »

Un outil inédit !

Génération 2016-2020

Cadets, juniors, espoirs…

La ligue Touraine-Berry-Orléanais

Le laboratoire fédéral

Vovinam

La France 3e nation

Krav Maga

Nouvelle donne

Vo Co Truyen

« L'opportunité de l'unification »

Dominique Valéra

« Ton évolution, c'est toi qui en es responsable »

Anticipation dans la riposte et poursuite au sol

Avec Thierry Masci

Compétition, tradition et convention

par Francis Didier

Les échos

Lamya Matoub

« Djokovic, un modèle »



Karate Webzine logo
IMPRIMER LA PAGE | RETOUR AU SOMMAIRE

Génération 2016-2020

DOSSIER : CADETS - JUNIORS - ESPOIRS…
Ils ont entre 15 et 20 ans et font partie de l'élite des catégories cadets, juniors ou espoirs. Ils viennent des quatre coins de l'Hexagone où ils ont été formés. Coup de projecteur sur la génération 2016-2020 et sur l'état d'esprit qui anime leurs clubs d'origine et leurs professeurs.

Ce mois d'octobre sera ponctué des très attendus championnats du monde cadets-juniors-espoirs… Dans l'avion du retour depuis la Malaisie, il y aura des heureux, des déçus, des médailles et souhaitons-le, sans doute quelques-unes en or si la logique sportive est respectée au vu du statut de la France dans la hiérarchie mondiale. Il y aura aussi et surtout, un peu partout en France, des supporters attentifs, ceux des 29 clubs dont sont issus les 33 athlètes sélectionnés pour la compétition. Ils représentent à eux tous quinze régions, vingt-quatre départements différents… Autant dire que si quelques-uns viennent de clubs bien connus des tablettes du haut niveau (Sarcelles, Orléans, Vénissieux…), nombreux sont ceux qui arrivent en sélection tout droit de leurs clubs formateurs. Des clubs de quelques dizaines de licenciés dont le travail et l'état d'esprit sont aujourd'hui mis en lumière par une sélection internationale. Ainsi, entre les plus de huit cents licenciés de Sarcelles et les… seize d'Abbeville, les structures et les moyens sont différents. La passion et la qualité d'enseignement, en revanche, sont bien là, souvent dispensés par des professeurs jeunes –gage que la transmission du savoir fonctionne-, parfois parents de ces champions en herbe, mais pas seulement. Un coup de projecteur en guise d'hommage à leur travail, à leur engagement, à leur talent qui doit aussi être compris comme la mise en lumière du travail mené dans les 4300 clubs de France, par les clubs de leur départements et de leur ligues qui jouent les indispensables vecteurs d'émulation. Le karaté, ce sont eux qui le font..

Lorraine Département Meurthe-et-Moselle | Club Longwy (135 licenciés)
| élève Steven Da Costa / Cadet -52kg / 14 ans | professeur Michel Da Costa / 42 ans / 1er dan

« Ça ne fait pas tout ! »
«À Longwy, tout le monde suit le même entraînement. Il n'y a pas de traitement de faveur pour l'un ou l'autre de nos athlètes. Bien sûr, certains, comme Steven, ont de meilleurs résultats que d'autres, alors on les pousse, mais tout le monde est sur un pied d'égalité au départ. Ce qui prime est le plaisir que prennent les karatékas à pratiquer. Il ne faut pas oublier ça. Un titre de champion, c'est beau, mais ça ne fait pas tout. D'ailleurs, le club en a déjà eu, et, même si on parle du coup un peu plus de Longwy dans la presse, ça n'empêche pas que l'on a toujours un manque de moyen, qui nous empêche parfois de participer à des compétitions.»


Picardie Département Somme | Club Abbeville Karaté Do (16 licenciés)
| élève Lou Lebrun / Cadet -53kg / 15 ans | pôle Talence | professeur David Lebrun / 40 ans / 1er dan

« La mascotte du club »
«À Abbeville, nous sommes un petit club familial d'une vingtaine de licenciés seulement. C'est dans un esprit très convivial que Lou a percé en combat. Aujourd'hui, il est la mascotte du club, le premier à avoir de tels résultats. La ville d'Abbeville lui a d'ailleurs apporté une aide financière pour intégrer le pôle de Talence l'année dernière. D'autres jeunes pourraient suivre le même chemin. J'avoue que si demain j'ai la possibilité de sortir deux ou trois autres gamins, je vais tout faire pour !»


Normandie Département Seine-Maritime | Club Karaté pour tous Le Havre (39 licenciés) | élève jordan Durieu / Junior +76kg / 16 ans | professeur Daniel Durieu / 41 ans / 4e dan
« Trouver une dynamique locale »
«Formé à l'Association sportive Criquetot-l'Esneval, Jordan a rejoint le Havre il y a un an. Il a toujours travaillé dur et est habitué à subir des entraînements lourds. Ses bons résultats devraient influencer des jeunes de Normandie à se tourner vers le karaté. J'espère ainsi développer l'activité dans les petits clubs de campagne. Pour cela, il va aussi falloir trouver une dynamique avec le comité départemental et avec la ligue qui, selon, moi, fait encore défaut.»


Normandie Département EURE | Club KARATÉ INTER ÉVREUX (96 licenciés) | élève Agathe Duval / Junior +59 kg / 17 ans | professeur William Bridou / 57 ans / 5e dan
« L'importance du détail »
«D'un tempérament réservé, Agathe commence à se libérer à mes côtés. Habitué des podiums nationaux, c'est sans doute notre réputation qui l'a fait venir il y a six mois dans notre club après avoir reçu sa formation au KC Conchois. Je pense avoir la culture du détail, c'est ça qui fait la différence à haut niveau : la posture de corps d'Agathe peut encore s'améliorer, cela devrait la faire progresser. Je suis à l'écoute des entraîneurs nationaux et ensemble, nous cherchons les solutions. Elle doit être consciente qu'elle possède un gros potentiel.
Cela lui appartient. La confiance, c'est la clé !»


Pays de la Loire Département Sarthe | Club Samouraï 2000 Le Mans (240 licenciés) | élève Marie Prouille / Espoir +60kg / 20 ans | professeur Didier Moreau / 49 ans / 7e dan
« L'athlète ? Un projet global »
«L'émergence de nos jeunes, c'est le fruit du travail de notre centre de formation, unique en France. La performance, c'est de l'expertise à tous les niveaux. Nous effectuons d'ailleurs des recherches sur les spécificités motrices de notre sport. Notre staff médical comporte un kiné, un podologue… Nous nous attachons aussi au suivi des études de nos athlètes. Nous collaborons étroitement avec l'université et un lycée de la ville : fruit d'un travail de 25 ans ! Je m'investis personnellement en me présentant à chaque conseil de classe. Grâce à la promotion qualitative de notre discipline, Le Mans est la première ville où un candidat au Baccalauréat a pu prendre l'option karaté. Avec les clubs pros du foot, du basket et du sport auto, nous avons construit un internat pour accueillir les athlètes de haut niveau. Comme avec Ludovic Cacheux que j'ai formé, ce que je retiendrai avec Marie, c'est l'aventure humaine. Plus le niveau s'élève, plus c'est fort ! L'athlète, c'est un projet global.»


Aquitaine Département Gironde | Club Dojo Lantonnais (79 licenciés)
| élève Pauline Bouchet / Cadette kata indiv. Fém. / 15 ans | professeur Christophe Bouchet / 44 ans / 5e dan

« Aider chacun à atteindre son but »
«Au Dojo Lantonnais, le mot d'ordre est simple : esprit d'équipe. Que ce soit pour la formation ou la compétition, le club met tout en œuvre pour que chacun y trouve son compte, dans une ambiance sérieuse et familiale. Lorsque quelqu'un arrive au club avec une envie précise, l'objectif est qu'il parvienne à atteindre son but, que ce soit passer des grades, réussir en compétition, ou prendre du plaisir à l'entraînement. Tous les licenciés ne sont donc pas dans une logique de compétition. Pauline est d'ailleurs la première sélectionnée pour un championnat du monde. Trois ou quatre autres karatékas du club travaillent aussi dans cette optique. En attendant, rien n'a changé. Depuis deux ans, je tente d'ailleurs de monter un dossier pour passer Club Elite. J'espère que cette sélection contribuera à ce qu'il soit accepté…»


Centre Département Loiret | Club Budokan Karaté Orléans (248 licenciés)
| élève Emily Thouy / Espoir -53 kg / 18 ans | pôle Châtenay-Malabry
| professeur Olivier Baillon / 27 ans / 3e dan

« La récompense de notre travail commun »
«Le karaté, c'est d'abord de la maîtrise technique. J'oriente donc mon travail technique vers une longue répétition de gammes. Les bases, encore et toujours les bases… Ensuite seulement, il faut approfondir, avoir le sens du détail. Le karaté, c'est aussi de l'humain et je consacre beaucoup de temps et de vigilance à l'ambiance du groupe : on s'entraîne souvent sur des rythmes de musiques actuelles, on échange beaucoup. Même si la bonne humeur règne, même si mon rapport avec Emily est excellent, sur le tapis les statuts sont respectés : c'est moi le coach. Emily donne beaucoup, elle est aussi reconnaissante envers notre travail. Pour le club, qui a connu des combattants de premier plan, cette sélection n'est pas inédite mais elle reste une véritable satisfaction car elle valide notre savoir-faire et récompense notre investissement, celui des athlètes et des entraîneurs.»


Rhône Alpes Département Rhône | Club Sen No Sen Vénissieux (355 licenciés) | élève Hadysson Riou / Junior -76kg / 17 ans | pôle Talence |
professeur Djamel Bezriche / 54 ans / 6e dan

« Une bande de copains »
«Lorsque j'ai créé le club, en 1982, nous étions une dizaine à venir nous entraîner… Le but n'était pas du tout de créer un grand club. Ça s'est fait tout seul. Aujourd'hui, le groupe des compétiteurs est évidemment conséquent, nous sommes engagés sur les grandes compétitions en individuels et en équipes, mais c'est toujours une bande de copains, qui s'épaulent dans les bons comme dans les mauvais moments. Hadysson est dans cette logique de travail collectif lui aussi. La recette ? Il n'y a pas de potion magique. Il a été sérieux et le travail a payé. Malheureusement, même si l'on place de plus en plus d'athlètes sur les podiums nationaux (48 la saison passée), nos moyens financiers sont limités, ce qui constitue parfois un handicap lorsqu'il faut se déplacer loin.»


Rhône Alpes Département Loire | Club Pelussin Gensei Ryu (51 licenciés) | élève William Geoffray  / Espoir kata indiv. Masc. / 20 ans | pôle Montpellier | professeur Jean-Philippe Geoffray / 48 ans / 2e dan
« À l'école du Gensei Ryu »
«Pelussin Gensei Ryu est un petit club d'une cinquantaine de licenciés, qui enseigne un karaté traditionnel très peu pratiqué en France : le Gensei Ryu. Du coup, au départ, William n'était pas vraiment dans le moule classique de la compétition. Il a obtenu de bons résultats tardivement, même en kata. Le club défend des valeurs humaines plus que sportives, même si, dans le sillage de William, premier athlète du club à avoir des résultats internationaux, de nombreux enfants se sont mis à la compétition.»


Rhône Alpes Département Haute-Savoie | Club Annecy Dojo Karaté (109 licenciés) | élève Marie Bui / Junior kata par équipe Fém. / 18 ans | professeur Jean-Luc Bui / 38 ans / 4e dan
« Tourné vers la compétition
dès le plus jeune âge »

«Le club a depuis longtemps choisi d'orienter ses licenciés vers la compétition pour se réaliser en tant que jeune et en tant que karatéka. C'est pourquoi même les petits font des compétitions, dès le plus jeune âge, en s'appuyant sur les nombreuses possibilités mises en place par la Fédération ces dernières années. Nous participons également à de nombreux tournois internationaux. On emmène ainsi régulièrement nos élèves à l'étranger. C'est sans doute l'accumulation des compétitions, mais aussi l'esprit de groupe qui existe au club qui, en plus du travail, a permis à Marie d'être la première athlète du dojo sélectionnée à ce niveau. L'objectif est maintenant d'en faire émerger d'autres, pour vraiment prouver que ce n'est pas un hasard ni un coup de chance ! Car c'est évidemment sur le long terme que l'on peut juger de la qualité de formation d'un club.».


Bourgogne Département Saône et Loire | Club Karaté Do 71 (77 licenciés)
| élève Francine Richonnier / Cadette - 47kg / 16 ans | pôle Talence professeur Mathieu Piquerez / 31 ans / 4e dan

« Vers le karaté contact ! »
«Lorsque le club est né, en 1990, il avait une politique axée sur le karaté traditionnel et les katas. C'est d'ailleurs comme ça que Francine a été formée au SKD Torcy. Depuis quatre ans environ, le Karaté Do 71 a évolué, pour maintenant complètement bifurquer vers le karaté contact. Cela n'empêche que nous défendons toujours les mêmes valeurs, l'esprit des arts martiaux : rigueur, respect, persévérance. C'est grâce à cela et à un gros travail physique que le club parvient à former des athlètes de niveau international. Avant Francine, Lucile Spadaccini avait déjà été sélectionnée pour une manifestation internationale : la coupe mondiale Jeunes de Corfou. Malheureusement, ces résultats n'ont pas eu de véritables retombées pour le club. Souhaitons que cette nouvelle preuve de notre dynamisme nous aide à franchir un nouveau palier et nous apporte de la reconnaissance au niveau local.»


Bourgogne Département Côte d'Or | Club Karaté Club Semurois (115 licenciés) | élève Alizée Agier / Junior -59kg / 17 ans | professeur Jacques Renevier / 54 ans / 3e dan
« Reproduire le schéma »
«Lorsqu'on habite une ville de 4 500 habitants, les résultats sportifs d'Alizée ne laissent personne indifférent. Elle est une référence pour les plus jeunes. Nous avons en effet quelques enfants qui sont déjà en équipe de ligue, et on espère donc reproduire avec eux le même schéma qu'avec Alizée, qui est un pur produit du club. Pour cela, on essaye de faire parler de nous à travers de bons résultats, mais aussi en faisant venir des intervenants extérieurs plusieurs fois par an, et en insistant essentiellement sur les combats.»


Limousin Département Corrèze | Club Budokaï Karaté Club Brive (268 licenciés) | élève Joris Mallard / Cadet -70kg / 15 ans | pôle Talence
| professeur Janick Poupée / 53 ans / 7e dan

« Un nivellement par le haut »
«"Yes we can" pourrait être le slogan du club. Joris en est d'ailleurs une parfaite illustration. C'est un exemple de continuité, d'effort. Il est devenu un modèle pour les plus jeunes. Il a beaucoup travaillé. On mise énormément sur le travail à Brive. Les plus performants font travailler les autres. Il y a un nivellement par le haut. Grâce à cette rigueur de travail, la mairie nous soutient, en aidant financièrement les jeunes qui sont performants. C'est un cercle vertueux qui va au-delà de la performance sportive.» 


Ile-de-France Département Yvelines | Club Le Gant d'Or Houilles (102 licenciés) | élève Shana Amengle / Cadette -54kg / 16 ans | pôle Châtenay-Malabry | professeur Richard Amengle / 40 ans / 3e dan
« Cela ouvre des perspectives »
«Il existe différentes façons de travailler au club : la technique, du lundi au mercredi. Et la préparation physique, le vendredi et le week-end, pour ceux qui veulent faire des combats. C'est en s'appuyant là-dessus que l'on espère amener d'autres jeunes en équipe de France, comme on l'a fait avec Shana. Elle est devenu un exemple pour les enfants, qui sont d'ailleurs de plus en plus nombreux, et même pour certains adultes, qui l'ont vu grandir. En plus de ça, les résultats de Shana ont contribué à mettre en place un partenariat entre la mairie et le club, qui permet désormais de financer nos déplacements. Clairement, cela ouvre des perspectives. Plus que les sélections ou les médailles, les partenaires, qu'ils soient privés ou institutionnels, regardent d'abord les résultats et investissent en conséquence…» 


Ile-de-France Département Val-de-Marne | Club Karaté Club Gentilly (31 licenciés) | élève Jordan Laugier / Espoir +78kg / 19 ans | pôle Châtenay-Malabry
| professeur Stéphane Caraartinian / 39 ans / 4e dan

« L'histoire d'une relation forte »
«J'estime être à l'écoute, j'adore rechercher et trouver des solutions sur le plan technique et celui de la préparation. Le fait d'entraîner mon neveu est une motivation supplémentaire, tant pour lui que pour moi. Ses parents divorcés, j'ai contribué à son éducation. Je suis une référence sportive et familiale qu'il parvient à dépasser. Il baigne dans un entourage très sein. Son grand-père l'emmenait régulièrement se défouler dans les jardins publics. Non seulement il apprécie l'effort mais il aime se surpasser. Le combat, c'est son truc : il se confronte à des situations défavorables pour mieux les renverser ! Je suis ravi par son parcours car, au fond de moi, je voulais qu'il aille plus loin. On a besoin de se voir, de se sentir… À Melaka, je serai présent à ses côtés pour le voir grandir un peu plus.»


Ile-de-France Département Val d'Oise | Club AS Sarcelles (835 licenciés) | élève Lamya Matoub / Espoir -60 kg  / 20 ans / Marvin Garin / Espoir -68 kg / 18 ans
| professeur Daniel Debarros / 41 ans / 4e dan

« Le dojo, c'est le dojo »
«S'entraîner un maximum, c'est possible chez nous. On est rarement fermé. L'idée c'est que, le dojo, c'est le dojo : c'est un lieu de travail, un état d'esprit positif. Ce que je dis aux jeunes ? Si j'ai des problèmes personnels, je ne les emmène pas sur le tatami. Le dojo, c'est un lieu de vie, que l'on respecte. Pour les compétiteurs, je complète le travail de l'équipe de France en personnalisant la pratique. Je dialogue beaucoup, je les détends. Globalement, ma mission, c'est que ces athlètes se relâchent ! Ensemble, on se remet en cause, j'assume mes responsabilités en cas de défaite. J'essaie de ne pas les différencier, en tous cas, je suis fier de leurs performances car ils révèlent le plus important : notre marque de fabrique. Ils défendent les couleurs d'un club, d'une ville, d'un groupe qu'ils ne peuvent trahir. Autant de valeurs qui peuvent leur servir dans leur vie de tous les jours.»


Ile-de-France Département Essonne | Club SKB Epinay sous Senart (104 licenciés) | élève Thomas Preux / Junior kata équipes / 17 ans | professeur Yves Bardreau / 40 ans / 3e dan
« S'engager complètement »
« Amateur mais avoir sans cesse la démarche professionnelle. Telle est notre leitmotiv. Nous analysons les vidéos des grandes compétitions internationales, nous travaillons avec un staff médical… Dans la dernière ligne droite avant la Malaisie, nous insistons sur la stratégie avec des mises en situations. Dans notre conception de la haute performance, l'athlète de haut niveau doit être responsable : il va représenter son pays et toute une Fédération de 200 000 licenciés. Le Coq sur le cœur, ce n'est pas anodin. La pression ne doit pas être trop forte mais il doit s'engager complètement car le meilleur des résultats peut arriver. Je reprends souvent deux exemples : la disqualification surprise d'Usain Bolt en finale du 100 mètres, l'été dernier, et ma 3e place aux championnats du monde katas de Rio en 1998, décrochée avec un pied cassé. Tout est possible. »


Ile-de-France Département Seine-et-Marne | Club CACV Combs-la-Ville Karaté (182 licenciés) | élève Anthony Giraudeau / Espoir -78 kg / 19 ans
| pôle Châtenay-Malabry | professeur Gérald Maître / 39 ans / 4e dan

« Éviter la saturation »
«L'objectif pour entraîner des jeunes, c'est d'abord vouloir les voir s'épanouir dans leur pratique. Ca veut aussi dire éviter de se projeter à travers eux… C'est la première fois qu'un de nos licenciés fréquente un tel niveau. C'est très plaisant, mais j'essaie de tempérer tout ça. Notre petite structure bouleverse ses habitudes : jusqu'à mi-octobre, c'est séance quotidienne avec Anthony. Au programme : précisions techniques et renforcement musculaire. J'oriente mon discours sur les autres activités : il n'y pas que le karaté. Il faut penser aux études et ne pas rentrer dans une forme de saturation. Ainsi, je propose ponctuellement des activités comme la natation ou le basket. L'athlète peut alors développer d'autres capacités. En tant qu'adultes, nous sommes aussi des éducateurs.»


Ile-de-France Département Yvelines | Club Karaté Club Buchelay (45 licenciés) | élève Christ Signavong / Cadet kata indiv. / 15 ans | professeur Deth Signavong / 57 ans / 6e dan
« Faire grandir ce club »
«Buchelay est une petite commune d'à peine plus de 2000 habitants et le club compte 35 licenciés, alors un sélectionné international, cela représente beaucoup en termes de reconnaissance et d'encouragement à poursuivre dans la voie que nous avons choisie. J'espère donc faire grandir ce club. Les bons résultats de Christ permettent déjà de faire grimper un peu notre réputation. D'autant qu'il fait du kata, ce qui, à mes yeux, demande encore plus de travail que les combats. Cela implique beaucoup de sérieux. Ma satisfaction ? Que 90% de nos jeunes qui passent des épreuves de kata les obtiennent du premier coup. C'est le sens de mon enseignement.»


Ile-de-France Département Seine-Saint-Denis | Club KCVO Villepinte (574 licenciés) | élève Geoffrey Monin / Junior kata par équipes / 18 ans | professeur Philippe le Prince / 57 ans / 6e dan
« Responsabiliser les jeunes »
«Parmi les très nombreux licenciés du club, Geoffrey Monin a su se démarquer, par sa grande rigueur, son sérieux et son assiduité. Sa réussite attire les gens et donne de l'espoir aux jeunes, d'autant qu'ils sont nombreux au club à être issu de quartiers sensibles. On cherche d'ailleurs à les responsabiliser, en leur démontrant que l'on est tous égaux sur le tatami. Ils ont leur chance, les copains sont là pour les faire progresser. On fait aussi en sorte de les sortir de leur environnement et de valoriser ceux qui s'engagent en organisant des déplacements, comme récemment au Luxembourg. L'objectif est d'amener de nouveaux athlètes au plus haut. Cela passe déjà par les championnats de France de mars 2012.»


Languedoc-Roussillon Département Vaucluse | Club Mistral Élite (39 licenciés) | élève Marie Hervas / Junior kata par équipes /15 ans
| professeur Patrice Campo / 51 ans / 3e dan

« C'est flatteur »
«De mon point de vue, la confiance entraîné/entraîneur doit être excellente. L'athlète doit pouvoir écouter et exécuter sans se poser de questions. Ensuite simplement on peut envisager la victoire. C'est un peu ce qui se passe avec Marie, qui est une fille très volontaire. Malgré tout, ce n'est pas toujours facile car je suis aussi son beau-père… Je m'appuie sur les anciens du club qui transmettent leur vécu et leurs expériences. Cette entrée en équipe de France junior me flatte et vient me conforter dans la voie que j'ai choisie. C'est la reconnaissance du haut niveau. Je ferai tout pour que Marie conjugue réussite dans les domaines professionnels, sportifs et familiaux. C'est ça, le véritable objectif, celui que l'on doit garder en tête pour nos jeunes, surtout quand le succès, les médailles et les paillettes leur arrivent à 15 ans.»


Languedoc-Roussillon Département GARD | Club Shotokan Karaté Alésien (112 licenciés) | élève Aziz Rghioui / Cadet -57 kg - 15 ans | pôle Montpellier | professeur Marc Maurin / 41 ans / 3e dan
« La nécessité de la compétition »
«Nous revendiquons être un club familial. La mise en situation des acquis techniques se fait en commun avec toutes les générations. Tous les jours, week-ends et vacances scolaires, nous ouvrons notre dojo. Scolaires et salariés peuvent y trouver leur compte. Nous réalisons un gros travail physique, cette préparation s'adaptant à chaque catégorie d'âge. Pour moi, sport et compétition vont de paire. Un sportif doit se confronter à l'autre pour s'évaluer, progresser et découvrir ses capacités. L'intérêt de la compétition, c'est ça : se retrouver face à l'autre et face à soi-même. Un état d'esprit qui ne doit pas écarter la notion de jeu, à laquelle je tiens énormément. Avec les charges d'entraînements et les contraintes de chacun, il faut garder la notion de plaisir. Nous envisageons de hisser notre équipe seniors jusqu'aux championnats de France élite. Pour cela, il faudra faire mieux que la saison passée où nous avons terminé 5e en honneur. Le fait qu'Aziz atteigne ce niveau –une première pour nous-, devrait contribuer à la dynamique du groupe. Cela devrait aussi nous apporter de nouveaux financements, privés, qui s'ajouteront aux subventions municipales.»


Midi-Pyrénées Département Haute-Garonne | Club Shaolin Toulouse (121 licenciés) | élève Maxime Leclaire / Junior -68kg / 16 ans | professeur Lilian Froidure / 57 ans / 6e dan
« Le fruit de la précision technique »
«Cette saison, nous avons axé la préparation sur le travail de loin. J'ai demandé à mes élèves d'être précis dès la première technique, et de rester concentré avant, pendant et après l'action. Je veux aussi qu'ils soient capables de travailler sans préméditation, car tout peut arriver dans un combat. Cela est valable pour Maxime comme pour ses copains. Il est un élève comme un autre. Il n'a pas la grosse tête et est très bien entouré. Ses bonnes performances ont créé une dynamique positive, car désormais tout le monde au club se dit que c'est possible et se donne les moyens de réussir. En termes d'émulation interne, c'est formidable.»


Paca Département Bouches-du-Rhône | Club Impact Karaté Club Saint-Victoret (200 licenciés) | élève Marc-Alexis Rouret / Junior -61 kg / 17 ans | pôle Montpellier | professeur Philippe Didelet / 54 ans / 3e dan
«  Les élèves m'ont relancé ! »
« Marc-Alexis a commencé le karaté chez nous, dès l'âge de cinq ans. C'est une formation maison ! Dès que l'athlète bénéficie d'une maturité technique lui permettant la participation aux compétitions, nous focalisons notre travail sur le physique. Nous insistons sur la vitesse et le travail des appuis. Il y a dix ans, notre club a été victime d'un incendie criminel. Relogé durant deux saisons dans un gymnase, nous sommes aujourd'hui dans un joli complexe de 300 m2. Dans ma tête, le doute s'est installé. Paradoxalement, ce sont mes élèves qui m'ont relancé ! J'ai retrouvé foi en ma passion et je suis fier de rassembler le plus grand nombre de licenciés en Provence. »


Paca Département Bouches-du-Rhône | Club KC Le Ronin (64 licenciés)
| élève Enzo Montarello / Junior kata indiv. et par équipes / 17 ans |
professeur Rémy Montarello / 44 ans / 2e dan

« Les liens se resserrent »
« Je me considère comme professeur à l'ancienne. Je privilégie un karaté traditionnel composé de kihon, de katas et de bunkaï. Pour préparer la Malaisie, j'ai pris Enzo (son fils, NDLR), en tête à tête quotidiennement. Ensemble, nous travaillons énormément, c'est le moteur de notre union sportive. Chaque week-end, nous nous rendons à Sète (Hérault) pour bénéficier des conseils et de l'expérience de Jessica Buil. Le karaté ? Je m'y suis mis deux ans après lui, il a débuté avec Claude Minko dès 4 ans ! Cette sélection chez les Bleus est incroyable, entre nous, comme dans le village, les liens se resserrent. »


Paca Département Bouches-du-Rhône | Club Karaté Do Arlésien (109 licenciés) | élève Nancy Garcia / Cadette +54 kg / 15 ans | professeur Ben Abdesselem / 49 ans / 5e dan
«  Savoir rassurer »
«Je milite pour un karaté traditionnel. Chaque jour, j'essaie de véhiculer des valeurs comme le respect et l'humilité. La sélection de Nancy me ravi car la compétition reste la vitrine de notre sport. Elle possède les fondamentaux techniques, j'essaierai de lui apporter un plus au niveau mental. Une grande partie de mon activité réside à connaître la personne que je coache, son caractère, son esprit… C'est un travail de fond qui me permet d'apprendre sur moi même. Dans cette dernière ligne droite, il faut bien doser : ne pas trop en faire, savoir rassurer. Il ne faut pas oublier notre rôle avec les parents qui, logiquement, s'inquiètent pour les études de leurs enfants, je fais tampon entre eux et l'athlète. Je suis confiant pour ce championnat car Nancy est très réceptive. La hausse des adhérents, conséquence de la réussite sportive, ne nous déplaît pas ! »


Paca Département Bouches-du-Rhône | Club FKA Marseille (164 licenciés)
| élèves Jimmy Cabantous / Junior -55kg / 17 ans
Sophia Bouderbane / Junior -48kg / 17 ans
Marjorie Piacentino / Junior -53kg / 16 ans
Jessica Hugues / Junior kata indiv. Fém. et par équipes / 17 ans |
pôle Talence | professeur Alexandre Biamonti / 37 ans / 5e dan

«  Un peu comme un pôle »
« C'est évidemment lié à mon expérience de compétiteur, mais au FKA, on fonctionne un peu comme un pôle. Il y a des entraînements personnalisés pratiquement tous les jours, avec trois entraîneurs. Le club n'a que dix ans et s'est donc construit avec les jeunes et notamment cette génération. Nous avons déjà mené une trentaine d'athlètes au plus haut niveau depuis la création. On essaye de motiver les petits en s'appuyant sur les résultats des plus grands. Par exemple, un petit qui fait un podium national a le droit à son portrait sur le mur du club, au milieu de ceux des champions du monde. Les minots, c'est rien de dire que ça les motive ! »


Corse Département Corse du Sud | Club Athletic Club Ajaccien (119 licenciés) | élève Alexandra Feracci / Espoir kata indiv. / 19 ans | professeur Jean-Michel Feracci / 49 ans / 6e dan
«  Ma méthode ? »
« Un perfectionnement technique permanent. Viennent ensuite des exercices de force-vitesse. Ma spécialité réside dans la chrono-biologie : nous prenons en compte le décalage horaire du lieu où se déroulera la compétition. Dans l'optique de la Malaisie, nous nous entraînons à 5 heures du matin pour préparer le corps d'Alexandra. Au fur et à meseure, nous nous déplaçons dans des dojos de plus en plus grands pour que le jour J, ma fille bénéficie de tous les repères dans un espace conséquent. On peut qualifier ce travail de prépa sensorielle. Tout ça représente un budget de 10 000 euros. Avec le temps, j'ai compris qu'il ne fallait pas qu'elle se rattache à une seule personne, c'est pour ça que nous collaborons avec un préparateur physique. Notre relation fusionnelle doit être canalysée. »


La Réunion Club AS Sankudo Réunion Petit Île (117 licenciés)
| élève Guillaume Hoarau / Cadet +70kg / 15 ans | pôle Talence
| professeur Vincent Larroque / 55 ans / 3e dan

«  Respect du travail »
« Notre style et notre marque de fabrique, c'est l'école shito-ryu. Je prône la confrontation, dès poussins. Ainsi, mes élèves peuvent combattre contre des plus âgés, voir même des adultes, dès leur plus jeune âge. Le secret de la réussite, s'il y en a un ? Patience et respect du travail. Guillaume sent le karaté, sa qualité s'est affirmée très rapidement. Parfois, il profite d'un quart d'heure pour partager son expérience avec ses camarades et s'initier à la tâche de professeur. Il est déjà dans une logique de partage. Il reçoit, il rend… C'est vraiment un athlète phénoménal. Saviez-vous qu'en minimes, il balayait déjà les seniors de 90 kg ? »

DOSSIER RÉALISÉ PAR OLIVIER REMY, JULIEN. MAYNARD ET BENJAMIN TÉOULE

IMPRIMER LA PAGE | RETOUR AU SOMMAIRE
LES RÉSULTATS | CRÉDITS & CONTACTS | CALENDRIERS 2011-2012 | CONSULTEZ LE NUMÉRO PRÉCÉDENT