N°41/ MARS 2011

CONSULTEZ LE NUMÉRO PRÉCÉDENT

Open de Paris 2011

Paris 2012, acte 1, scène 1

Open de Paris

Des cigales et un Grillon !

Championnats d'Europe
cadets-juniors-seniors

Trois titres et des regrets

Interview de Louis Lacoste

« Tout s'est joué dans le vestiaire ! »

Cérémonie des vœux

Yoshinao Nanbu, nouveau 9e dan

Le karaté en milieu scolaire

De retour à l'école

La réforme des diplômes

Les enjeux du nouveau Diplôme d'État

Professeurs de clubs

Quand l'engagement prend son sens…

La ligue de Picardie

Les copains d'abord

Arts Martiaux Vietnamiens

Ça bouge dans les AVM !

Le kempo

Une philosophie du combat

Patrice Belrhiti

« Le karaté, un cadre pour l'idéal »

Attaque en shome-uchi / Défense en kata-ha-jime

avec Mamoun Bidon et Vick Bhadye

Toutes les infos en direct

des ligues, des comités départementaux et des clubs

Assemblée générale

Les feux sont au vert

Formalisme ou réalisme ?

Avec Serge Devineau

Kenji Grillon

« Devenir journaliste sportif »

 

 

Serge Cal
en bref…

– 50 ans
– Responsable de l'Ecole Régionale de Formation de la Ligue Flandre-Artois
– Jury Dan Interrégions
– Responsable Technique national Kempo FFKaraté et Disciplines Associés
– Intervenant dans le DVD « karaté défense » de la FFKaraté en cours de préparation.

Karate Webzine logo
IMPRIMER LA PAGE | RETOUR AU SOMMAIRE


STYLES

Le kempo, une philosophie du combat
Sous ce nom générique, c'est « l'autre forme de karaté » qui est défendue par Serge Cal au sein de la FFKDA. Une aspiration au réalisme dans les gestes, le partage d'un idéal, celui de la progression intérieure.

Serge Cal l'avoue volontiers, si la terminologie « kempo » renvoie à la tradition d'un karaté ancien et guerrier, il recouvre moins un patrimoine transmis de génération en génération qu'une idée, voire une philosophie du combat. Celle de l'absolu réalisme dans une perspective de combat. « C'était une accentuation progressive d'une recherche qui existe dans tout le karaté, celui de l'efficacité en situation réelle dans le quotidien. Nous étions plusieurs professeurs à travailler dans le même esprit et nous avons décidé de nous évaluer les uns les autres.» Le parcours du responsable du kempo au sein de la FFKDA commence par le shotokan au début des années 70. « J'avais envie de me mesurer. Le travail sur soi commence par là ».

UNE RECHERCHE
À 20 ans, Serge Cal entre dans l'administration pénitentiaire, ce qui oriente son état d'esprit en fonction de ses besoins. « Avec mon karaté, j'étais en difficulté pour gérer les situations que je rencontrais : il me manquait des outils pour entrer dans une cellule et contrôler un détenu agité, par exemple ». Après un passage par le kyokushinkai, qui ne comble pas toutes ses interrogations techniques, il explore le travail des saisies, le combat au sol…
En quoi cette recherche est-elle différente du fameux « combat libre » ? « Si nous avons des gestuelles proches, notre étude des situations part du karaté. Le MMA, je ne sais pas très bien ce que c'est sur le plan de la recherche technique et de l'état d'esprit. Il y a une forme de fascination pour la violence qui ne nous convient pas. Moi, plus j'approfondis, moins j'ai envie de me bagarrer ». Serge Cal a conscience que sa vie professionnelle et sa vie de pratiquant se sont étroitement mêlées, l'une influençant l'autre et transformant progressivement aussi bien son karaté que son caractère. « Je suis resté naïf. Je crois à l'éthique du karaté, à ses valeurs. La pratique contribue à l'évolution personnelle, à un travail sur soi qu'il faut faire toute sa vie. Beaucoup de gens cherchent à retrouver des valeurs à l'ancienne. Notre perception du karaté s'inscrit dans cette vision, que nous partageons avec toute la famille des karatékas. Nous faisons du karate-do et le kempo s'adresse à monsieur et madame tout le monde dans ce cadre, dans le cadre symbolique, comme dans le cadre légal et réglementaire. Chez moi, de toute façon, c'est une déformation professionnelle ! C'est dur et exigeant, mais tout le monde peut s'y essayer ».

POUR LES ENFANTS AUSSI
Une méthode est proposée pour les enfants. Choquant ? « Ma pratique était un puzzle. Maintenant tout se rassemble dans une forme qui rejoint un karaté original. J'ai mis vingt ans à parvenir à ça, je peux leur faire gagner un peu de temps ! Bien sûr, tout se fait dans la progressivité et le dialogue, c'est une question d'expérience ». Quant aux jeunes adultes, ils peuvent participer aux compétitions inter-styles organisées par la FFKDA dont ils sont déjà friands et ils sont les premiers inscrits au « profight karaté » porté sur les fonds baptismaux par Alain Setrouk et Guy Sauvin en 2010.

30 CLUBS EN FRANCE
Entré à la fédération en 1990, le kempo karaté compte aujourd'hui une trentaine de clubs en France, dont un groupe important dans le Sud avec Jean-Yves Bideau, par ailleurs secrétaire général de la ligue Côte d'Azur.
« Le kempo m'a transformé, assure Serge Cal. Il a changé ma perception des choses, ma gestion du stress, m'a donné beaucoup de recul et de calme, même dans les situations difficiles. Maintenant que je suis jeune retraité, j'adore faire ce travail d'unification, en harmonie avec les responsables fédéraux, pour les grades, les règlements, la formation. C'est très enrichissant de croiser les gens de la grande famille du karaté, mais aussi du Yoseikan Budo, du Penchak Silat, du Krav Maga… Au-delà des différences, c'est la communauté d'esprit que je ressens profondément »..E.C.

LES RÉSULTATS | CRÉDITS & CONTACTS | CALENDRIERS 2011 | CONSULTEZ LE NUMÉRO PRÉCÉDENT